Voilà bien longtemps que je n’avais eu l’occasion de rédiger quelques lignes… déménagement et manque d’inspiration (les deux sont peut-être liés) en étaient certainement la cause.

Et voilà qu’en cette fin d’olympiade (avant que ne commencent les paralympiques), un sujet s’impose à ma conscience. Dimanche, nos handballeurs, les « experts » ont réussi l’exploit de conserver leur titre olympique, dans, – petite aparté – ce qui a été un superbe match.

Comme il se doit, ils ont ensuite fait le tour des médias, et répondu environ cinquante fois aux mêmes questions ; mais ça fait partie du jeu. Les voilà donc à Londres, sur le plateau de l’Equipe TV. L’humeur est, somme toute, festive, nos handballeurs sont vraisemblablement quelque peu ennivrés, commençant à démonter le plateau ; bon, appelons un chat un « chat », à le casser. J’avoue, j’ai souri. Claude Onesta et Nicolas Karabatic en tête, s’en sont donné  à cœur joie. Soit. Un fait divers, des images qui font le tour du web et des télévisions.

J’en suis resté là, jusqu’à ce que matin, jusqu’à ce twitt de Joseph Macé Scaron, relayant un article de Nicolas Docao, élève de l’ENS Cachan ; article publié sur « le plus » du Nouvel obs (lien).

Il faut rappeler que, dans les semaines qui ont précedé ces Jeux Olympiques, « l’Equipe » n’avait pas été tendre, avec les joueurs de Claude Onesta. Et ces derniers n’avaient pas « bronché », préferant répondre sur le terrain. Et non pas après avoir marqué un seul petit but (cf Mr Nasri), mais en gagnant la compétition ultime, pour la seconde fois d’affilé.

Je l’ai faite, cette comparaison, mais parce que l’on m’y a obligé. J’étais loin d’y avoir pensé. Mais, désormais, certains handballeurs, sont comparés, par certains, à nos footeux. Personnellement, j’ai du mal à comparer l’attitude d’un Nasri ou d’un menez, dont il suffit de regarder le visage pour lire la haine et/ou la rage qui les habite, avec celle d’Onesta et Karabatic qui, somme toute, sont, certes, îvres, mais joyeux. J’interprète cela comme une « revanche bon enfant ». 

Alors que j’ai exprimé mon petit point de vue sur twitter, l’auteur de l’article m’a fait le parallèle suivant : «  M. le policier, si je casse une voiture bourré pour fêter un concours gagné, vous ne me direz rien. Merci. 

J’ai pu lire, également, certains twitts de magistrats ayant à juger des gamins qui avaient cassé des rétroviseurs dixit « pour s’amuser ».
Le parallèle a le mérite d’être interessant. Mais je ne met pas tous ces évènements dans le même panier. 
Effectivement, comme ça, si l’on devait casser ma voiture, je déposerai plainte à l’encontre de son auteur ; festif ou pas, îvre ou pas. Et, en tant que policier, bien évidemment, j’interpellerai la personne. C’est évident. Pourtant, à y regarder plus loin, il subsiste des différences qui, selon moi, ont leur importance.

Ainsi, je pose les questions suivantes :

  • Qu’ont fait les journalistes et les équipes de la chaîne TV, alors que Onesta et consorts démontaient ou cassaient leur décor ? à Rien, ils rigolaient
  • La Chaîne TV a-t-elle déposé plainte ? Je n’ai pas l’info, mais je pense que non.  Si cela devait être le cas, la justice suivra son cours.
J’en reviens à l’exemple de la voiture, qui m’a été donné. Et je reprend mes questions :

  • Je vois quelqu’un qui casse ma voiture : une chose est certaine, je ne vais pas me marrer. Ivre ou pas. Joyeux ou pas. Je vais intervenir
  • De la même manière, je vais déposer plainte contre l’auteur des dégradations.
Et je ne parle pas de la pub indirecte faite à l’Equipe TV, puisque ces images ont faites le tour des médias! 
Et j’en reviens, encore une fois, à la manière. Attachons-nous aux images, puisqu’on les a. Les « casseurs » démontent plus le studio qu’ils ne le cassent ! Ils n’y vont pas à coups de pieds, poings et autres outils pour casser le mobilier. Tout se fait en douceur, et dans la bonne humeur.

Reprenez le cas des Nasri et autres footeux ; regardez juste leurs visages, leurs attitudes. Il n’y a là aucune bonne humeur !

Et, encore une fois, Onesta et autres se sont permis cette « réponse », après avoir répondu sur le terrain. Et, selon moi, c’est fondamental. S’ils avaient perdu au premier tour, on n’aurait entendu personne, et ils n’auraient pas été dans les studios de l’Equipe TV. Nasri se permet des insultes alors qu’il a marqué un seul et unique but, au premier match. Alors qu’il n’a, finalement, rien fait d’autre durant la compétition ; et on connait le résultat.
Pour autant, cela ne veut pas non plus dire que l’on peut tout se permettre parce que l’on gagne! 

J’ajoute simplement une chose : j’adore le foot, et suis très peu connaisseur du hand ; c’est parce que je suis supporter de la France, de toutes les équipes de France, que j’ai regardé cette finale. Et, vraiment, l’attitude des handballeurs n’a rien à voir avec celle des footeux dont on a bien compris qu’ils fonctionnent à la pompe à fric ; je parle là que de la majorité de nos internationaux, censé nous représenter. Comme toujours, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Ne pas généraliser.

Et j’en reviens à l’image générale qu’a donnée l’équipe de France de hand, à la façon d’un Bolt ; ça, c’est une équipe. Une bande de potes qui vont au bout d’eux-même.

 Enfin, pour ce qui est des paroles de Claude Onesta, je cite « les collabos vont être tondus », il suffit, avec les âmes « bien-pensantes » horrifiées au moindre usage d’un terme en relation avec  la seconde guerre mondiale et la shoah . On peut tout aussi bien être horrifié de ce qui s’est passé il y a près de soixante ans, et comprendre le parallèle qui a été fait, l’image, la signification des termes employés par Claude Onesta. 
Pour conclure, je m’en fiche un peu, de ce qu’il s’est passé sur le plateau de l’Equipe. Ce que je retiendrai, ce qui sera retenu par la très grande majorité, y compris les gamins, c’est cette image. Le reste… 
Enfin, c’est mon avis. 
Shares
Share This