Voilà quatre semaines passées avaec une seule journée de repos, quelque part, comme ca, au milieu. J’ai l’habitude des heures sup, des heures de nuit, du travail le dimanche. Mais là, c’est vrai que ca fait beaucoup. Et, forcément, la fatigue s’en fait ressentir, et tout ce qui va avec. Les humeurs, pas forcément toujours « heureuses », le doute (a-t-on fait tout ce qu’il fallait? va-t-on atteindre notre objectif?) nous accompagnent désormais. Et pourtant, la motivation est touours là; plus que jamais, même. Mais il est vrai, il faut que ca arrive, et dans pas trop longtemps. D’ailleurs, que ce soit pour des raisons peresnnelles ou pour l’affaire en elle-même.
Je vais y retourner, demain, en me disant « plus que quelques jours à tenir ». Et, donc, qui vivra verra.
Shares
Share This