Ah, l’automne… saison ou les arbrent perdent leurs feuilles. Wikipédia définit l’automne comme « … l’une des quatre saisonszones tempérées. Elle se place entre l’été et l’hiver. Du point de vue astronomique, l’équinoxe d’automne (le 22 septembre dans l’hémisphère nord et le 21 mars dans l’hémisphère sud) devrait marquer le … ». On s’en fout, me direz-vous; ok.des
Bref, l’automne, pour moi, c’est surtout la saison où les saisines** « tombent »; on le sait, c’est chaque année comme ca. Les plaintes se multiplient, plus précisément les atteintes aux biens. Je n’ai pas d’outil statistique à vous servir, mais c’est un fait. A l’approche de Noël, on voit arriver les cambriolages et autres braquages. Les uns après les autres. 7ème arrondissement parisien, 16ème, et autres quartiers hupés de Paris. 
Un peu comme aujourd’hui, Michel Mouyabed, propriétaire de « Laforêt Immobilier » en a été victime. Un million d’euro en bijou, préjudice annoncé. Bing, c’est la BRB qui est saisie. A vue de nez, à moins que j’en ai loupé un, c’est donc le 4ème casse qu’on « prend » en peu de temps. 
Et pourtant, nous ne sommes qu’à la mi-novembre; il reste six semaines pendant lesquelles il y a beaucoup de chances que d’autres affaires se présentent. Pourquoi précisément à cette période? Peut-être, au moins en partie, l’approche des fêtes de Noël et le besoin d’argent, pour tout le monde, y compris les délinquants.
Et, dans mon quotidien, je ressens cette multiplication des faits. J’en avais fait part dans un précedent article; à la suite d’une grosse affaire, prenante, une fois la pression retombée, les interpellations passées, il est difficile de « reprendre ». On en profite pour faire un peu « relâche », et là, comme dirait Moscato, il faut revenir au mastic. Je l’ai déjà confessé, j’ai eu du mal; et après, je n’ai pas eu le choix (et c’est tant mieux), j’ai été rattrapé par les dossiers. J’ai commencé, petit à petit, un dossier, puis un deuxième; on remet le nez dedans, l’une ou l’autre recherche, à droite, à gauche. Et, bing, une ficelle à tirer; bref, une piste. Allez, on gratte, on continue, et, petit à petit, les journées passent si rapidement qu’on n’arrive plus à tout faire en une journée. On balance des demandes, à droite, à gauche, on attend les réponses; et là, on recommence, nouvelle ficelle à tirer… bref, des hauts, des bas… l’enquête est ainsi faite. Les jours se suivent, mais, comme toujours, ils ne se ressemblent pas. En Police Judiciaire, et je dirais même, dans la Police, tout simplement, on se lève le matin sans savoir de quoi sera fait la journée. 
La mienne, ca fait du bien, c’est un jour de repos. 
** la saisine est une affaire dont un service est saisi, soit par une plainte, soit par le Parquet (le plus fréquement)
Shares
Share This