Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous parler d’actualité, mais plutôt du quotidien des policiers. Tous les policiers. Qu’ils soient en tenue, en Sécurité Publique, en Police Judiciaire, en CRS ou encore en sûreté du Territoire. Ce sont des métiers bien différents, mais qui ont tout de même des points communs. Et ces points communs sont avant tout matériels.
Si je vous parle matériel, vous allez, avant tout, penser à l’arme à feu, puisque c’est la plupart du temps son usage qui en est médiatisé. Elle a son importance, certes, mais se trouve être bien plus utile dans la dissuasion que réellement utile en tous temps.
Les plus tordus vont ensuite penser aux menottes. Oui oui, je vous vois, là… on s’est compris. lol Bref, les menottes, bien sur, utiles aux interpellations, et permettant d’éviter qu’un individu interpeller puisse prendre la fuite, ou encore frapper les policiers interpellateurs. Bref, elles aident à maîtriser celui qui est interpeller.
Tous les policiers de France et de Navarre, pour peu qu’ils soient ‘actifs » sont équipés d’une arme individuelle et d’une paire de menottes.
Mais il est un élément qui me semble bien plus indispensable encore que tout cela: la radio.
La Police Nationale est dotée, depuis 1994, du système ACROPOL, qui n’est autre que l’acronym de « Automatisation des Commumnications Radiotéléphoniques Opérationelles de Police ».

Ce système est sécurisé, numérique, et a surtout le mérite d’être utilisable sur tout le territoire national. Que l’on soit à Lille, Marseille, Paris…. et, fonction de certaines options, que tout ce petit monde soit sur le même canal; enfin, depuis la mise en place de ce système, on appelle ça une « conférence ». Petit à petit, ce système a donc étendu. Avec un cout non négligeable. 640 millions d’euro, selon Wikipedia. Outre le système radio que l’on a tous en tête, cet appareil permet des appels directs, de style téléphonique, entre deux appareils, via un numéro d’identification unique.
Par ailleurs, ce système peut être couplé avec les réseaux d’autres services de secours, comme les Pompiers, le Samu… via le système Antares. Les gendarmes, quand à eux, utilisant le réseau « Rubis », lequel peut aussi être mis en réseau avec Acropol ou Antares.
Alors que j’étais en poste à Paris, j’ai souvent critiqué ce matériel. Problèmes de relais dans certaines rues, postes qui font 3x la taille d’un téléphone mobile, batteries fragiles….
Mais ce système a le mérite d’exister.

Voilà maintenant un mois que je suis arrivé aux Antilles, et que je suis affecté. J’apprend donc le fonctionnement du service, comme le fait n’importe quel « petit nouveau ». Même s’il s’agit d’une antenne, il s’agit d’un service réputé. Je n’en dirai pas plus. La seule chose que l’on puisse dire, c’est que, dans l’inconscient de tous mes collègues, ce service est bien « doté ».
Eh bien force est de constater que ce n’est pas le cas. Et même loin de l’être. Toutes les voitures ont près de huit ans, plus de 100.000km au compteur. Et, autant dire que ce kilométrage, aux Antilles, vaut un bon 200.000 en métropole, tant les voitures se dégradent du fait de la chaleur et de l’humidité qui plombent le matériel  Ajoutez à cela une bonne RGPP, donc une réduction des dépenses (comme toutes les administrations), et vous arrivez à la situation actuelle.
Ah si, j’oubliais…. enfin non… c’est là que je voulais en venir. Le service n’est doté d’aucun système radio.
Si si, c’est vrai. Si vous êtes policier, comme moi, vous devez penser, dans votre imaginaire, que n’importe quel service de police dispose d’un système de radio, hein??? Eh bien non! Ce n’est pas le cas! Le commissariat a des radios, mais la PJ… non!
j’avoue être carrément choqué! Il n’en va QUE de la sécurité des fonctionnaires! Très peu de choses, hein!!!
Bien évidemment, pour les surveillances, j’en parle pas… c’est juste quasi infaisable. Alors oui, certains me disent « on fait comme ça depuis six ans, et on a quand-même fait des affaires ». Eh bien je dis « bravo », très bien. Ce n’est effectivement pas simple. Mais, pour autant, doit-on s’en contenter? Il n’y a, jusque là, jamais eu de problèmes… ce qui en veut pas dire qu’il n’y en aura pas!
Déjà que, par le simple fait de l’île, de sa construction, ce n’est pas simple, mais sans même pouvoir communiquer, c’est juste quasi impossible! Imaginez une filature…. je précise qu’il n’y a presque pas de noms de rues, ici… ajoutez à cela le fait de n’avoir aucun moyen radio… bref, vous vous amputez d’une réussite…. ajouter les véhicules qui sont connus d’à peu près tous les voyous… des moyens technologiques inexistants… bref, j’ai fait un retour en arrière de 20 ans, sans les radios, avec des voyous qui, eux, sont bien armés, et dangereux!
Imaginez la sécurisation d’une rue, un peu avant une interpellation à domicile; aucun moyen de communiquer, entre le chef du dispo, et ceux qui sont autour de la maison!!!
Tout ceci est assez étonnant.
Et, comme d’habitude, l’administration compte sur la motivation de ses troupes. Et elle est là. Je suis motivé, je vais bosser….mais qu’on nous donne un minimum de moyens, pour travailler, à minima dans la sécurité, et être efficaces!
Je me dis que, si la PJ a eu des résultats avec si peu de moyens, quels seront-ils avec des moyens qui sont juste minimalistes, par rapport à ce qui existe en métropole.
Lorsque je parlais d’aventure, je ne pensais certainement pas à devoir utiliser deux pots de yaourt reliés par un fil pour pouvoir communiquer!
Bref… je découvre… mais, j’en suis sur, ça va marcher. Heureusement, j’ai de bons collègues. C’est déjà ça, me direz-vous

Shares
Share This